Motocross - Rectangle.tif

Moto-cross, le sport qui exige la perfection

Le moto-cross c’est l’adrénaline mélangée à l’excitation, l’odeur de l’essence dans l’air et l’anticipation des exploits à venir. C’est un sport exigeant, sale, difficile et bourré de risques calculés. Les pilotes font appel à un raisonnement spécial, prennent des décisions en une fraction de seconde, analysent la trajectoire et savent jusqu’à quel point ils peuvent pousser leur moto.

PG Hjortmarker répare la moto d’un pilote qui donne de l’espoir à la Suède pour les prochains championnats du monde : son fils Eddie. Il fait partie de l’équipe motocycliste CEC S.I., une équipe lettone qui croient en de jeunes pilotes et travaillent avec eux en Norvège, en Suède, en Lettonie et aux États-Unis. Eddie a commencé la course à l’âge de sept ans et a passé son permis 50 cc. Aujourd’hui, il a 20 ans et sa réputation n’est plus à faire dans ce sport. 
 
L’équipe aide les jeunes pilotes à se développer dans le sport en leur offrant les meilleures conditions dès le début de leur carrière. « Aujourd’hui, les équipes allemande et néerlandaise sont en haut du classement, mais la Suède faisait partie de pays dominant ce sport il n’y a pas si longtemps. »
 
Au milieu de cet environnement masculin se trouve Aleksandra Steinberg, responsable de l’équipe en charge des RP, des commanditaires et de la logistique comme les transports et les emplois du temps qui permettent à l’équipe de travailler à son meilleur niveau. « Il n’y a pas de temps mort, il faut chronométrer les pilotes, résoudre tout un tas de problèmes, petits et grands, donner un coup de main avec les motos pendant les courses… », explique-t-elle. 
 
Après chaque course, la moto est démontée et chaque pièce du moteur est examinée, nettoyée et essuyée. « Nous avons toujours utilisé le papier Tork », ajoute PG Hjortmarker. « Nous avons utilisé le rouleau bleu pendant longtemps et maintenons nous mettons à l’essai les chiffons blancs à double couche et ils sont excellents. Ils sont ultra-absorbants et même le fluide hydraulique de frein extrêmement collant ne pose aucun problème. »
 
« Le moto-cross est très onéreux, comme la plupart des sports mécaniques », continue Aleksandra Steinberg. « Nous sommes très heureux que Tork soit notre commanditaire. C’est une marque reconnue et stable qui nous soutient et croit en nous. Nous sommes reconnaissants de l’aide et du soutien dont elle fait preuve. Elle nous permet de continuer à travailler avec de jeunes pilotes et à les aider à atteindre le meilleur de leur performance. »

Ils sont ultra-absorbants et même le fluide hydraulique de frein extrêmement collant ne pose aucun problème.

PG Hjortmarker

Mécanicien de CEC S.I. Racing team