« La peluche la plus minuscule est une peluche de trop ! »

Encres, peintures ou produits chimiques, quel que soit la substance que contient un grand récipient pour vrac (GRV), tous les résidus doivent disparaître sans laisser de trace dès que CONTek IBC-Service GmbH a terminé le nettoyage.

Pour Wolfgang Kuhn, toute poussière ou peluche est un ennemi. Son travail consiste à nettoyer avec une tolérance zéro. Il y a vingt ans, il a fondé CONTek IBC-Service GmbH, une entreprise qui produit et livre de grands récipients pour vrac (contenants réutilisables utilisés pour les matières dangereuses) et les nettoie après usage avant de les retourner aux clients. Le modèle d’entreprise est plutôt simple. Toutefois, lorsque Kuhn et son associé ont créé la société en 1995, il n’existait rien de comparable sur le marché. À l’époque, il travaillait pour une entreprise qui produisait des encres d’impression. « Je me suis rendu compte qu’aucune entreprise sur le marché offrait un service complet de production, nettoyage et logistique de GRV. » Kuhn a compris qu’il fallait combler cette lacune sur le marché et a positionné CONTek de manière à en faire un fournisseur de services complets. C’est une réussite. 
 
Aujourd’hui, l’usine d’Ellrich à Thuringe reçoit 150 contenants volumineux en acier à nettoyer au quotidien pour la prochaine livraison. Chaque contenant a une capacité de 300 à 1 200 litres pour les liquides, les colles ou matières versables en vrac. Les récipients retournés par l’industrie de l’automobile contiennent souvent de la peinture et les imprimantes y laissent des kilos d’encre résiduelle par exemple. Quel que soit le contenu, CONTek doit éliminer tous les résidus dans les délais. « Si un client a une production continue la nuit, il s’attend à recevoir les bons récipients le matin suivant », explique Wolfgang Kuhn. Par conséquent, l’usine d’Ellrich nettoie les récipients 24 heures/24, 6 jours/7.  
 
Après une première inspection qui permet de déceler tout dommage mécanique, les récipients utilisés sont nettoyés par machine dans le cadre d’un processus complexe. Ensuite, ils subissent un nettoyage final à la main avec des chiffons spéciaux. Tout le personnel impliqué connait l’importance de cette tâche. « Par exemple, des résidus d’encre ou d’huile dans un récipient peuvent contaminer le prochain remplissage de peinture. Un constructeur automobile court alors le risque de devoir suspendre toute sa chaîne de production », explique Kuhn. « Chaque seconde d’arrêt de la production entraîne des coûts d’inactivité considérables. C’est pourquoi nous garantissons à nos clients que les récipients nettoyés ne contiennent aucune poussière ou peluche, aucune trace ou aucun résidu de silicone, de gras, d’huile ou de peinture. » Au total, le nettoyage d’un GRV peut prendre entre une et sept heures en fonction du contenu et du degré de saleté. 
 
Pour optimiser le processus de nettoyage manuel final, en 2011, l’entreprise s’est mise à chercher une solution pour remplacer les chiffons de coton, car ils ne garantissaient pas des résultats sans aucune peluche. CONTek a testé des chiffons de nettoyage de plusieurs marques et, après des essais prolongés, l’entreprise a choisi les chiffons simili-tissu de nettoyage robuste Tork. « Les chiffons de nettoyage Tork nous ont aidé à améliorer la qualité de notre travail sans débourser un centime de plus », explique Wolfgang Kuhn. CONTek consomme environ 100 000 chiffons par an. 100 000 raisons de ne pas s’inquiéter des résidus pelucheux.

Les chiffons simili-tissu de nettoyage Tork nous ont aidés à améliorer la qualité de notre travail sans débourser un centime de plus

Wolfgang Kuhn

Fondateur de CONTek IBC-Service GmbH